Au cœur de Paris, dans le 1er arrondissement, la place Vendôme est connue à travers le monde entier pour accueillir, dans un écrin architectural grandiose, les plus prestigieux noms de la joaillerie, de l’horlogerie et de la bijouterie. Mais si elle est aujourd’hui un symbole du luxe à la française, la place Vendôme conserve en ses pierres les traces d’une histoire de France mouvementée.


 

Une des places royales de Paris

C’est sous Louis XIV que la construction de la place est décidée, avec pour objectif premier celui de glorifier la monarchie, à l’instar des autres places royales que sont les places des Vosges (1612), Dauphine (1614) et des Victoires (1686). L’architecte du château de Versailles, Jules Hardouin-Mansart, en dessine le plan octogonal et conçoit les façades des différents hôtels qui doivent l’encadrer. Alors appelée place Louis-le-Grand, elle est aménagée au nord du jardin des Tuileries et du Louvre. Aujourd’hui, on y accède par la célèbre rue de la Paix et par la luxueuse rue de Castiglione.

A la fin du 17e siècle, les plans sont terminés et le chantier est lancé. Mais très vite, les finances viennent à manquer et le projet est privatisé. Les façades doivent malgré tout conserver les plans de Mansart. Elle prend rapidement le nom de place Vendôme, du nom d’un des hôtels présents.

Ce joyau de l’architecture classique reçoit en son centre une statue équestre monumentale de Louis XIV, laquelle est installée au sommet d’une colonne. Elle est détruite en 1792, lors de la Révolution.

La colonne Vendôme

La première colonne de la place Vendôme a donc été érigée en 1699, date à laquelle la construction de la place est achevée, et représentait le roi Louis XIV. Mais la colonne que nous connaissons aujourd’hui n’a rien à voir avec cette première œuvre. Elle fait au contraire référence à l’Empire et à Napoléon. Mais son histoire est des plus mouvementées, comme celle de la France pendant les décennies qui suivent la Révolution.

C’est en 1810 que la colonne Vendôme est érigée. Elle doit commémorer la victoire de la Grande Armée sur les troupes austro-russes à Austerlitz en 1805. La colonne est conçue sur le modèle de la colonne Trajane de Rome. Le bronze qui la compose provient des canons ennemis. S’élevant en spirale, des panneaux gravés relatent les hauts faits militaires napoléoniens. Et au sommet est érigée une statue impériale de Napoléon en César.

En 1814, avec la chute de Napoléon, la statue est déboulonnée. Elle est d’abord remplacée par un drapeau fleurdelysé puis, en 1833, par une statue de Napoléon en caporal, érigée cette fois par le roi Louis-Philippe. Dans les années 1860, Napoléon III change encore la donne et replace à nouveau une statue de son oncle en empereur romain.

La Commune de Paris éclate en 1871 et la colonne, symbole militariste et impérial, est abattue par le peuple. Le peintre Gustave Courbet en est d’ailleurs tenu pour responsable et c’est à lui, après la répression de la révolte parisienne, que l’on demandera de rembourser les frais de reconstruction. Il mourra avant de payer la première traite.

En 1875, la colonne Vendôme reparaît à l’identique sur la place, avec une réplique de la statue napoléonienne : celle que l’on voit toujours aujourd’hui.

L’écrin du luxe à la française

La place Vendôme est devenue un temple du luxe à la française qu’à partir de la fin du 19e siècle. En parallèle de l’ouverture du Ritz, palace réputé à travers le monde, de nombreux joailliers quittent la rue de Rivoli pour s’installer sur l’ancienne place royale. Le premier grand nom est celui de Frédéric Boucheron, qui s’installe en 1893 sur la place pour, notamment, se rapprocher de l’opéra Garnier. Sur la rue de la Paix et sur la place, de nombreux artisans du luxe l’imitent : Cartier, Chaumet, Van Cleef et Arpels, Mauboussin… Les horlogers de prestige les rejoignent progressivement : Piaget, Chopard, Rolex… Enfin, les grandes maisons de couture installent aussi leurs boutiques dédiées aux bijoux : Chanel, Dior, Vuitton…

En quelques décennies, la place Vendôme est ainsi devenue la capitale mondiale des bijoux et du luxe. Derrière les vitrines qui se succèdent tout autour de la colonne, les plus belles créations au monde et les plus belles pierres précieuses étincellent de mille feux, dans un écrin de pierre magnifiquement préservé.